Les otites, ce n’est pas que chez les humains

Les otites, ce n'est pas que chez les humains

Tout comme nous, les chiens peuvent souffrir d’otites. Il s’agit par ailleurs d’un motif de consultation relativement fréquent chez les vétérinaires. Mais ces otites ne sont pas toutes de la même nature. Petite revue de détail.

La présence d’un corps étranger

Les otites, ce n'est pas que chez les humainsLes otites provoquées par l’introduction d’un corps étranger dans l’oreille concernent en particulier les chiens, et s’observent en général l’été. Le plus souvent, c’est un épillet qui vient se loger dans le conduit auditif de l’animal. Ce végétal de petite taille, qui s’en en général détaché d’une tige, et dont la forme facilité la progression en profondeur dans l’oreille et rend l’évacuation spontanée assez difficile, provoque irritation et douleur. L’animal tien alors sa tête penchée se secoue et se gratte l’oreille, la plupart du temps d’un seul côté…

Dès les 1ers signes, surtout si l’apparition des symptômes est soudaine et coïncide avec un retour de promenade, il convient d’aller rapidement consulter un vétérinaire. En effet, la progression de l’épillet rend plus difficile son retrait et peut provoquer des lésions du conduit auditif, voir même du tympan.

Après avoir repéré le corps étranger à l’aide de son otoscope, le vétérinaire pourra procéder à l’extraction de l’épillet grâce à une longue pince. Si l’acte n’est pas douloureux, l’inflammation du tympan peut le rendre délicat et l’anxiété de l’animal nécessite parfois de recourir à une petite anesthésie, afin de ne pas le blesser avec la pince, notamment en cas de mouvement brusque.

Les otites fongiques.

Les otites, ce n'est pas que chez les humainsIl s’agit d’otites liées à la présence de champignons appelés malasezia. Elles sont caractérisées par une odeur particulière et désagréable, la présence d’un cérumen abondant, cireux et jaunâtre, qui peut former des croûtes à l’intérieur du pavillon de l’oreille.

Lisez également :   Puis-je utiliser un traitement vermifuge pour les chats sur les chiens ?

On les observe particulièrement sur les races sujettes à l’atopie (prédisposition aux allergies), comme les Westies par exemple. Le chien atteint de ce type d’otite se frotte  les oreilles, souvent les 2. Elles semblent de plus sales, sèches et rouges. On peut également noter la modification du conduit auditif, dont les parois sont épaissies par l’inflammation. La plupart du temps, ces otites évoluent de manière chronique et nécessitent la mise en place d’un traitement visant à lutter contre la douleur, à limite la prolifération des ces champignons (qui sont naturellement présents en petite quantité) et à réduire l’inflammation.

Les tumeurs du conduit auditif

L’apparition d’une tumeur de la paroi du conduit auditif peut aussi être responsable d’une otite. En effet, en obturant le conduit et donc en empêchant le renouvellement naturel et l’évacuation du cérumen, la masse favorise le développement de cet organisme naturellement présent en quantité réduite et qui, à l’origine, n’a pas de dimension pathogène.

Le traitement recommandé repose sur l’ablation de cette masse lorsque cela est possible. Une masse externe au conduit mais venant à le comprimer aura les même conséquences, mais l’approche chirurgicale sera alors plus complexe.

D’autres causes possibles :

Les otites, ce n'est pas que chez les humainsNous avons vue que les otites n’épargnaient pas les animaux avec des symptômes communs, quelle que soit l’origine de la douleur : tête penchée, plaintes, démangeaisons, présence de cérumen modifié et abondant. En plus des otites liées à la présence de corps étranger, d’une tumeur ou de champignons, on distingue aussi d’autres causes.

Les otites bactériennes

Plus rares, elles résultent le plus souvent d’une surinfection opportuniste et concernent les animaux aux oreilles tombantes ou dont le conduit a déjà subi les conséquences d’otites à répétition (nos fameux compagnons atopiques, qui pâtissent de leur prédisposition aux allergies). Le conduit auditif se remplit de pus, jaune, épais et collant. Les poils sont souvent souillés à la base de l’oreille. La douleur est intense et l’état général de l’animal peut être altéré. Si ces otites apparaissent lors de fortes chaleurs, des myiases peuvent venir compliquer le tableau clinique. Le traitement aura alors pour objectif de soulager la douleur et de tuer les bactéries. Il est parfois nécessaire d’associer des comprimés au traitement local.

Lisez également :   De l'importance de la vaccination antirabique

Les otites parasitaires.

L’agent pathogène est cette fois un acarien. De très petite taille, il se multiplie dans le conduit auditif, ce qui finit par provoquer l’apparition d’un cérumen abondant, sombre, dans lequel on peut observer à l’œil nu (en étant attentif) de petits points blancs qui bougent (ce sont les fameux acariens). Suivant l’espèce, on distingue différents acariens mais ils peuvent également passer d’une espèce à l’autre et contaminer tous les autres animaux de la maisonnée. Ces otites sont principalement rencontrées sur les jeunes animaux lors de l’adoption ou après un séjour en collectivité (refuges, pensions ou chenils). Le prurit, c’est à dire la démangeaison, est très intense. On peut la déclencher en touchant légèrement l’oreille. Le chien va alors commencer à se gratter avec sa patte arrière.

Le traitement va soulager ce prurit et, surtout, tuer les acariens. Il doit être précédé d’un nettoyage et durer suffisamment longtemps pour venir à bout du parasite (selon son stade d’évolution). Il faut aussi bien penser à surveiller les oreilles des autres animaux du foyer en raison du risque de contamination, qui ne concerne heureusement pas les humains.

Le recours à la chirurgie.

Les otites, ce n'est pas que chez les humainsSur des cas sévères, et en particulier en cas de récidives avec surinfection, le vétérinaire peur proposer l’ablation complète du conduit auditif et des bulles tympaniques. S’il s’agit d’une chirurgie impressionnante, le confort apporté à l’animal est convaincant (contrairement à ce qu’on pourrait penser, il ne devient pas sourd et continue d’entendre du coté de l’oreille opérée) et joue en faveurs du recours à la chirurgie. La convalescence peut être longue et nécessite le port d’une collerette. Certaines races, comme le bouledogue, sont souvent concernées.

Lisez également :   Les otites chez le chien

Les otites sont donc des pathologies fréquentes chez nos compagnons et leur degré de gravité dépend de leur origine. Une visite chez le vétérinaire s’impose dès les 1ers symptômes. A titre préventif, un nettoyage régulier (tous les 15 jours environ) est recommandé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.