De l’importance de la vaccination antirabique

De l'importance de la vaccination antirabique

Si la vaccination de nos animaux de compagnie n’est plus légalement obligatoire pour les animaux non catégorisés (c’est à dire pour les cas prévus par la loi, notamment pour certains chiens jugés dangereux) et restant sur notre territoire, elle reste fortement recommandée par les vétérinaires.

Un vaccin historique

De l'importance de la vaccination antirabiqueLa médecine vétérinaire est née de la prévention de la santé humaine. En effet, c’est pour assurer la santé des animaux d rente, diminuer les épidémies touchant les élevages et les risques de famine associés que la médecine vétérinaire a vu le jour. La prévention des zoonoses (maladies transmissibles de l’animal à l’homme) a également permis des avancées scientifiques extraordinaires. Parmi les premiers vaccins découverts, et parmi les plus fondamentaux aussi, Pasteur inventa celui contre la rage à la fin du XIXe siècle. Le recul est aujourd’hui largement suffisant pour affirmer que ce vaccin ne comporte pas d’effets secondaires graves pour nos compagnons et que le rapport bénéfice/risque est largement en sa faveur.

Une législation qui a évolué

La vaccination antirabique des animaux de compagnie est restée obligatoire jusque dans les années 1990. Cette vaccination massive, associée à celle des renards grâce à des appâts contenant des vaccins oraux, a permis d’éradiquer officiellement la maladie de notre territoire. Elle n’est donc plus obligatoire, même si on recense de temps en temps un cas de rage : jusqu’ici, cela a, à chaque fois, concerné un animal importé illégalement d’un pays non indemne.

Une maladie mortelle

Chez l’animal comme chez l’homme, la rage est une maladie mortelle dans 100% des cas dès l’apparition des premiers symptômes. Hélas, l’animal peut être contagieux plusieurs semaines avant l’apparition de ces symptômes. Aujourd’hui, les cas dramatiques rapportés dans la presse concernent des personnes s’étant fait griffer en jouant avec des animaux errants dans des pays non indemnes de la maladie (Maghreb, Sri Lanka, certains pays d’Europe de l’Est..).

Lisez également :   Intolérances alimentaire du chien : causes et traitements

En Ile de France, ces dernières semaines, un animal importé illégalement, a aussi pu mordre plusieurs personnes et contaminer plusieurs animaux du refuge où il était accueilli, avant que son état n’alerte la vigilance d’un vétérinaire, que la recherche de rage à l’institut Pasteur ne soit finalement envisagée et que le résultat des tests ne vienne confirmer le terrible diagnostique.

Un allègement risqué ?

A l’heure où, malheureusement, les conditions géopolitiques sont à l’origine de déplacements de populations, et parce que quitter son pays en abandonnant ses animaux n’est pas envisageable pour beaucoup, il semble aujourd’hui plus que raisonnable de poursuivre la vaccination massive de nos animaux de compagnie contre cette maladie, quand bien même ce n’est plus une obligation légale. Le vaccin contre la rage se fait à partir de l’âge de 3 mois, sur un animal identifié. Il nécessite un rappel à 1 ans, puis sur une base régulière en fonction du vaccin choisi. La vaccination reste en outre obligatoire pour voyager à l’étranger avec votre animal, y compris dans les pays membres de l’Union Européenne. Demandez conseil à votre vétérinaire…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.